Tin Tam

Villaggio di Tin Tam in Mali
En savoir plus

SITUATION

La Région Dogon, dans laquelle se trouve le village de TinTam, est l’une des zones de plus grand intérêt archéologique, ethnologique et géologique de l’Afrique Occidentale et est classé patrimoine de l’humanité de l’Unesco depuis 1989 en raison de son patrimoine culturel, architectural et naturel unique.
Du point de vue géographique, ce qui différencie le plus cette zone des autres de la même latitude est la présence de la Falaise de Bandiagara, une longue formation rocheuse qui s’étend sur près de 200 km et où s’élèvent des pics isolés de différente hauteur et le mont Hombori, la montagne la plus haute du Mali.
Les environs de Bandiagara ont une superficie de 10 520 Km2, une population de 317 965 habitants (2009) et une densité de 30,22 hab/Km2.
Dans la Région, la population est vouée à l’agriculture ; la culture dominante est le millet, il s’agit pratiquement de l’unique céréale à même de pousser dans ces conditions désespérées dues à la qualité du terrain et à la pluviométrie. Fruits sauvages, baies et arachides aident à diversifier l’alimentation. Au cours des dernières années, la région Dogon est devenue également la destination d’un tourisme particulier, à la recherche et à la découverte de l’antique culture de ce peuple, mais le tourisme non contrôlé représente une menace pour l’organisation socio-économique et la culture des villages.

OBJECTIF D’IN-VITA ONLUS

En général, l’objectif d’IN-VITA est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et de santé, mais aussi d’accroître la cohésion sociale de la communauté rurale du village et, notamment, d’améliorer l’approvisionnement hydrique, du point de vue de la quantité et de la qualité, et les conditions hygiéniques et sanitaires, en introduisant des technologies innovantes mais simples et économiques qui valorisent les ressources et les capacités locales.

ACTIVITÉS D’IN-VITA ONLUS

Les activités prévues pour le projet d’IN-VITA sont : la construction de l’aqueduc, l’accompagnement dans la constitution d’un Organisme de Gestion de l’installation, la réalisation d’une installation de levage de l’eau à alimentation photovoltaïque pour le forage de Doganì, la réalisation de 3 cycles de formation sanitaire dans les villages et de 2 cycles de formation dans les écoles.
Le montant des travaux s’élèvera à environ 90 000 €.